ETIAM PERIRE RUINAE

 

 

 

 

À "Etiam perire Ruinae", que signifie "ont disparu même ses ruines" (Lucain. Pharsale, IX, 969), vous trouverez des cartes du monde antique. C’est un travail ambitieux que j’ai commencé il y a environ deux ans, et peut-être je jamais pourrai le finir puisque sa taille sera considérable.

 

L'intention est de faire un catalogue complet du monde connu au maximum jusqu’à le deuxième siècle après Jésus-Christ. D'abord, en suivant le travail fondamental du grand Claude Ptolémée, et aussi celui de deux autres géographes précédents, Pline l'Ancien et Strabon d’Amasia. Il s’agirait de lier tous les endroits qu’un voyageur des temps anciens pourrait y trouver: les mers, les rivières, les caps, les golfes, les montagnes, les ethnies, les villages et les régions, avec son nom latinisé.

D'un côté on présentera les cartes de Ptolémée dans son ancienne configuration (retouchés par moi), selon l’œuvre « Claudii Ptholomei Alexandrini Cosmographia », publié à Rome en 1478 par Conrad Schweinheim et Arnold Buckinck, de la traduction du grec en latin faite par Jacobus Angelus (vous trouverez plus d’information sur ce sujet dans la biographie de Ptolémée dans la section « Biographica »). Il y a de nombreuses éditions de la « Geographia » de Ptolémée, mais j’ai choisi cette de 1478 parce que les mappes présentés sont particulièrement attractifs et une des premières à être imprimés.

Dans ces cartes, je placerai tous les noms qui apparaissent dans l'œuvre de Ptolémée, lesquels seront enregistrés dans un fichier "accès" où tous les noms sont répertoriés, et on ajoutera diverses données, y compris le nom actuel, s’il est connu, et fera possible la consulte complète de tous les termes apparus. À l'heure actuelle, ce fichier «accès» ne sera pas disponible, et parfois je chargerai des fichiers "excel", mis à jour, avec des différentes options de recherche.

En dehors des cartes anciennes de Ptolémée, on trouvera aussi les cartes modernes ; c’est-à-dire, les mappes avec les contours actuels de toutes les régions apparues, où on met aussi les noms anciens. Dans certains cas, il ne fait aucun doute son emplacement exact; dans d'autres il est approximative, et d'autres sont simplement supposés (alors on les identifie avec un point d'interrogation).

 

Dans ces cartes modernes, divisées par provinces ou régions historiques vous trouverez les noms apparus dans les travaux de Ptolémée, Pline l'Ancien (Histoire naturelle) et Strabon d’Amasia (Géographie). En outre, il y aura une carte générale où les noms de ces trois auteurs apparaissent ensemble, ainsi que d'autres géographes mineurs ou anciens historiens, au plus jusqu'à le deuxième siècle de notre ère (Hérodote, Dicéarque, Eratosthène, Posidonius, Agatharchides, Pythéas, Élien, Pomponius Mela, Agrippa, Jules César, Pausanias, Diodore de Sicile, etc.). Dans certains cas, un nom peut être cité par divers auteurs, où seulement par un unique auteur ; et c’est bien important la question des synonymies, très fréquentes et parfois écrites avec très différentes orthographes: une mauvaise transcription due aux copistes au long de l'histoire, pour la variabilité d'un nom ou origine différent de la source par elle-même.

L'idée c’est qu’on puisse lire les ouvrages des anciens avec ce support, pour se faire une idée précise de l'endroit où se trouvent les lieux référés par les auteurs grecs et romains dans leurs traités. Que sa connaissance ne soit réduite tout simplement à un nom, le plus souvent étrange et inconnu, mais qu’il puisse trouver facilement à quel pays ancien il appartenait: s’il était sur la côte ou à l'intérieur; s’il se trouvait dans un endroit montagneux ou baigné d'une rivière; quel était son groupe ethnique ; avec quelles populations il limite ou quelles villes étaient proches.

 

Par conséquent, pour visualiser les cartes seront disponibles quatre onglets: Europe, Afrique, Asie et l’Oikoumene (terre habitée). Les trois premiers sont subdivisés en cartes de Ptolémée (contour ancienne et moderne), Strabon, Pline et d'autres auteurs. Et dans cette Oikoumene apparaissent les géographes et les historiens que décrivent le monde connu, mais comme ils rapportent un nombre réduit de noms géographiques on peut les représenter dans une seule carte où sont inclus tous les trois continents. À l’onglet “Bibliographie” on trouvera la relation de matériel bibliographique qu’on a utilisé pour faire ce travail, et sa version digitale si en est disponible.

© 2016 by THAÏS KEMPELL